Pikes Peak, course de côte Américaine

 

En 2015, Christophe Marquis a participé à cette course de côte mythique.

21 km, 156 lacets, pour finir à 4300 mètres en haut d'une montagne... Ca méritait bien un petit article dans La Voix du Nord et quelques photos!

Tout est ici! Bonne lecture!

ARTICLE DE LA VOIX DU NORD (disponible sur http://www.lavoixdunord.fr/region/comines-christophe-marquis-comme-sebastien-loeb-au-pikes-ia26b58804n1432718)

 

Comines: Christophe Marquis, comme Sébastien Loeb au Pikes Peak, la célèbre course de côte américaine

PUBLIÉ LE 24/07/2013

FLORENT STEINLING

 

Le Cominois Christophe Marquis a participé à la mythique course américaine de côte Pikes Peak. Où il a pu côtoyer Sébastien Loeb qui a pulvérisé le record de l’épreuve. De retour à Comines, Christophe Marquis nous raconte son aventure américaine.

Vous en avez certainement entendu parler. Le Pikes Peak, cette célèbre course américaine de côte. Ses 21 km, ses 156 lacets (les 21 mythiques de l’Alpe d’Huez peuvent se rhabiller) pour atteindre 4 300 m d’altitude ? Cela ne vous dit toujours rien. Et si on vous parle du record du pilote automobile Sébastien Loeb au volant de sa Peugeot ? Il a fait les choux gras de la presse durant plusieurs jours. Il faut dire que le nonuple champion du monde de rallye a pulvérisé le record de l’épreuve.

Pourquoi on vous parle de cette mythique course qui fêtera son centenaire en 2016 ? Eh bien, parce qu’un Cominois y était également. Christophe Marquis fait partie de ces rares Français à avoir osé braver ce col dantesque américain. Sans la team de Sébastien Loeb, ils étaient ainsi cinq courageux Français à relever le défi. Chacun dans sa catégorie. « Mais Sébastien Loeb est très sympa, très accessible, on a pu échanger avec lui », relate le Cominois.

Christophe Marquis, lui, son dada, aujourd’hui, c’est la moto ancienne. Qu‘il retape. Un changement de cap pour celui qui a connu un terrible accident de moto en 2007. Où il frôlera la paralysie.

Christophe Marquis n’est pas tout à fait un novice en la matière. Nous l’avions quitté il y a trois ans, auréolé d’un record du monde sur une moto Peugeot de 1952 sur le lac salé de Bonneville. Toujours aux États-Unis. Trente-six mois plus tard, nous retrouvons donc notre Cominois de retour de son périple américain. Autre course. Autre moto. Autres exigences. Cette fois, c’est une Yamaha 650 XS de 1972 qu’il a retapée. Enfin, son petit regret, c’est de l’avoir trop laissé dans son jus.

 

« Les qualifs, ce sont un peu ma victoire »

« Il n’y a que les pneus qui sont neufs, commente Christophe, installé depuis plus de vingt ans à Comines. Mais tous les autres dans ma catégorie, ont aussi changé les suspensions, les freins, le moteur… Leur moto garde l’aspect d’origine… Il y a un petit goût d’inachevé ». Entre la lettre et l’esprit… Mais cela va engendrer quelques sueurs froides au moment des qualifs. « Il n’y aurait rien eu de pire que de ne pas pouvoir prendre le départ de la course, commente le motard. Faire tous ces kilomètres, cette organisation pour ne pas prendre le départ… ». Mais le verdict est tombé : Christophe était bien qualifié. Un an de préparation qui n’est pas tombé à l’eau – ni dans le ravin – à quelques heures de la course mythique. « Les qualifs, ce sont un peu ma victoire », sourit-il.

Au final, Christophe Marquis terminera sixième de sa catégorie en environ 12 minutes (le record de Sébastien Loeb est de 8’13). Avec une moto au bord de la rupture. « J’ai tiré dessus, reconnaît-il. Mais avec ces pièces, elle a tout donné. J’aurais mis des pièces modernes, elle n’aurait pas souffert comme ça ». Au point de ne plus assurer lors de la descente et de devoir être tractée. Une descente qui restera gravée dans la mémoire de Christophe. Il faut dire que tout le monde attend en haut que tous les concurrents soient arrivés. Et le cortège de pilotes redescend au milieu d’une haie d’honneur de 40 000 spectateurs. Énorme. Peut-être encore plus que la montée où il n’y a aucune sécurité.

À 53 ans, Christophe Marquis n’en a pas tout à fait fini avec les défis un peu fous. Il prend déjà rendez-vous pour 2016. Avec une moto bien mieux boostée. Avec pour objectif de cumuler Pikes Peak, le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine, pour le centenaire de la course, et un mois plus tard, une nouvelle tentative de record sur le lac salé de Bonneville. Pour l’heure, c’est le seul tricolore à avoir cumulé ces deux courses. « Ce sont deux courses totalement différentes, avec des besoins complètement différents, de la vitesse pure pour Bonneville, de bons freins, de l’endurance pour Pikes Peak ». Une seule moto et deux moteurs ? Deux motos à préparer ? Rien n’est encore écrit. Mais ce qui est sûr, c’est que les partenaires peuvent déjà se préparer… Et nous aussi.

Après lecture de cet article, nous retrouverons donc sans doute le résumé des nouvelles aventures 2016 de Christophe!

 

 

 

Allez, quelques photos quand même et les commentaires de Christophe!

Après lecture de cet article, nous retrouverons donc sans doute le résumé des nouvelles aventures 2016 de Christophe!

 

 

 

Allez, quelques photos quand même et les commentaires de Christophe!

Essais matinaux ( 6h du mat )...... J ai des frissons ... Mais encore un moment fabuleux a enregistrer dans mon disque dur 

Essais matinaux ( 6h du mat )...... J ai des frissons ... Mais encore un moment fabuleux à enregistrer dans mon disque dur 

La plus belle. Le panorama au fond, le virage vers le sommet. Un rêve de gosse qui se réalise ...

Après la course... Usé. Cassé. Détruit. Pas d'autres mots!

Mais la délivrance d'avoir vaincu ce sommet... et de passer sous ce drapeau mythique !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now